Issues du monde de la santé, un des plus exigeant en matière de sécurité, les solutions WaToo interviennent sur la protection de bases de données par tatouage. Le projet Watoo répond à l’inquiétude grandissante des entreprises, des institutions et des particuliers vis-à-vis de la cybercriminalité.

Désormais les affaires de piratage et de détournement de données éclatent régulièrement au grand jour. Elles sont susceptibles de porter préjudice aux entreprises, aux particuliers ou aux institutions publiques et de nuire à leur réputation.

Issues du monde de la santé, un des plus exigeants en matière de sécurité, les solutions WaToo interviennent sur la protection de bases de données par tatouage. Elles permettent de dissuader les fuites, les divulgations et le détournement de données (identification de l’utilisateur ou du serveur à l’origine de la fuite). Elles en détectent les modifications même infimes et ce de manière transparente pour les utilisateurs et sans perte de qualité de service pour l’exploitant.

Le projet, essaimé de la recherche de Télécom Bretagne, membre du Latim*, est porté par Javier Franco Contreras, Docteur de Télécom Bretagne et ancien Post-doctorant au Latim(*), et Gouenou Coatrieux, professeur au département Images et traitement de l’information. Accompagné par l’incubateur de Télécom Bretagne, il fait l’objet d’un suivi spécifique par le technopôle de Brest-Iroise dans le cadre d’Emergys, et a obtenu le parrainage de Fabrice Sourdonnier, fondateur de SABS, de Cognix-Systems et également ancien incubé (voir Photo).